L’immobilité forcée est un arrêt sur image.
Le confinement des mois de mars et avril 2020 a été le catalyseur d’une nouvelle série. Après neuf mois de gestation, je me suis aperçue que ces peintures étaient bien plus que la signature de cette période particulière mais un changement profond, radical dans mon travail: nous avions basculé dans une autre réalité et il m’était impossible de poursuivre les recherches d’avant la crise Covid-19.
ESPACE
La pandémie a eu un effet reset ou tabula rasa, imposant la redéfinition des espaces de vie et des relations. Dans mon travail, cela se traduit par l’apparition d’une forme figurative et des éléments peints grandeur nature. L’aspect symbolique de ces peintures réside dans la manipulation de la perspective, le choix des accords de couleurs, des contrastes et des matières.
Parmi les compositions, le thème de la fenêtre revient régulièrement. Le lien entre le dedans et le dehors a pris un sens nouveau, la présence et l’absence, les limites imposées, le besoin d’échappatoire par le rêve, la pensée, la remise en question des priorités. Cette pandémie met le doigt sur un nombre infinis de sujets. Après un an de travail, je constate que je suis au début d'une nouvelle aventure passionnante.

Intérieur #1

Peinture sur drap de lit ancien monogrammé, 160 x 240 cm

Intérieur #1-détail, 160 x 240 cm, 2020-21
Intérieur #1-détail, 160 x 240 cm, 2020-21
Intérieur #1, 160 x 240 cm, 2020-21
Le lever #3

Peinture sur drap de lit ancien monogrammé, 240 x 160 cm

Le lever-détail, 240 x 160 cm, 2020
Le lever-détail, 240 x 160 cm, 2020
Le lever, 240 x 160 cm, 2020
Dapples by night #2

Peinture sur drap de lit ancien monogrammé, 160 x 235 cm

Par la fenêtre #4

Peinture sur drap de lit ancien monogrammé, 149 x 254 cm, 2020-21

Work in Progress
Work in Progress, 190 x 250 cm
Intérieur(s)-aquarelles@home

Cette série a donné lieu à des peintures@atelier, sur draps de lit anciens monogrammés. 2020, 38 x 56 cm.