Accueil

Anne Pantillon, un parcours
Nathalie Chaix, directrice Musée Jenisch Vevey

Ma rencontre avec Anne Pantillon date de juin 2019. J’avais reçu son carton d’invitation pour son exposition à l’Espace Richterbuxtorf de Lausanne. L’image m’avait intriguée : j’y voyais une aile d’oiseau me rappelant les photographies noir et blanc de Balthasar Burkhard. En arrivant dans la galerie, un émerveillement. L’oiseau s’était envolé, place aux oscillographies ; de grandes pièces – 152 cm, 180 cm –, une technique singulière – peindre avec la peau – et une femme engagée dans sa pratique. Je me suis laissé engloutir par son univers « puissant, organique » et « proprement fascinant », comme l’écrit la galeriste Régine Buxtorf.
Et j’ai appris à la connaître.

Née à la Chaux-de-Fonds, Anne Pantillon ancre ses premiers souvenirs à la nature et à la musique. Une transmission. Son père, biologiste et altiste amateur, et sa mère, secrétaire, lui donnent les clés du monde animal et végétal, mais également de la musique qui va jouer un rôle fondateur dans son parcours. Très vite, le violon entre dans sa vie. Le chemin est tout tracé : Anne sera violoniste. Enfance et adolescence studieuses : solfège, violon chaque jour, danse classique et bien sûr l’école ; sans oublier l’orchestre où elle joue depuis qu’elle a onze ans. Souvent, en rentrant des cours, elle dessine. L’idée de s’inscrire aux Beaux-Arts germe pendant le gymnase. Après avoir obtenu son premier certificat de violon, elle n’est plus aussi sûre de faire une carrière musicale. Son enseignante d’arts visuels l’encourage et suggère à son père de l’inscrire dans une école d’art. Finalement, elle mènera de front deux formations simultanément à Neuchâtel : le Conservatoire de musique en classe professionnelle avec le professeur Jan Dobjelewski, et l’Académie de Meuron. Deux années d’un rythme intense, riche, stimulant. Quand, au terme de cette période, elle annonce qu’elle choisit la peinture, c’est le choc pour ses parents et son professeur.

« La peinture me sortait des doigts, j’ai juste mis un peu de temps à oser l’affirmer.»

Ensuite il y a eu l’ECAL dont elle dit : « Le temps s’évaporait, je me sentais légère, concentrée, l’esprit bouillonnant. J’ai compris que là était ma place. »

Au Musée Guimet à Paris, elle tombe amoureuse des sculptures Khmères. À l’ECAL entre 1986 et 1989, elle aime par-dessus tout la gravure – sur cuivre, sur bois, la lithographie aussi. Elle se souvient de ses professeurs, Gaspard Delachaux ou Jean-François Reymond. Et de la transmission qui tient aujourd’hui encore une place importante dans sa vie. Son travail de diplôme s’inspire d’un voyage au Nord de l’Inde. Elle en rapporte des dessins, des aquarelles, des photographies.

« Après l’ECAL, j’ai une conscience aigüe que je devais me trouver moi, seule, sans passer par l’idée de plaire à qui que ce soit. »

Et Anne commence par de grandes xylogravures.
Au début des années nonante, c’est le temps de la maternité : un fils, une fille. Sa deuxième grossesse déclenche un travail personnel sur la question de l’identité qu’elle exposera à la galerie Vallotton à Lausanne. C’est le début d’une série d’expositions en Suisse romande, puis en Suisse alémanique et en Allemagne depuis 2015. Anne Pantillon vit et travaille à Lausanne. Parallèlement à son activité artistique, elle enseigne les arts visuels. Dans sa recherche artistique, la nature tient une place fondamentale. Son travail se déploie souvent dans des séries, une façon d’explorer un motif dans toutes ses potentialités, d’en saisir les plus infimes variations, une voie de se renouveler à l’infini. C’est une artiste toujours en quête, qui sinue de l’abstraction jusqu’à la figuration – retrouvée en 2020.
Une artiste pour laquelle le rythme n’est pas seulement un mot.

CV
Expositions et événements — extrait 2012-2022
2022
Prix de la Fondation UBS pour la culture
EN SUITE, galerie RichterBuxtorf (nuit des musées)
10 ans, galerie RichterBuxtorf, Lausanne

2021
74e Biennale d'art contemporain, musée des Beaux-arts de La Chaux-deFonds
Prix Huguenin-Dumittan, 74e Biennale d'art contemporain
Songe d'une Nuit d'Hiver, Affiche en live, I LOVE #ArtisteDici, Ville de Lausanne
Illustration pour le PALP festival 2021, Bruson

2020
Finaliste du prix FEMS, fondation Sandoz, Pully

2019 
Performance avec Luca Forcucci (musicien), atelier anne pantillon, Lausanne
Livre d’artiste, concours BCU Lausanne, Tirage limité 2019
Galerie Richterbuxtorf, Lausanne  – solo exhibition
Maison Visinand, Montreux

2018  
Le Salon vert, Carouge (Genève)

2017  
73e Biennale d'art contemporain de La Chaux-de-Fonds
Scope Basel, Arthobler gallery Zürich
Form & Fluidität, Galerie Stöckle Hauser, Stuttgart
Supper Club, Galerie Kornfeld, Berlin

2015  
Zorn & Zärlichkeit, Arthobler gallery, Zürich – solo exhibition
International Kunst 15 Zürich, Arthobler gallery, Zürich
Exposition Bruit, Visarte Genève, Villa Dutoit, Genève
Arthobler gallery, Zürich

2014
Galerie d’Art Junod, Nyon – solo exhibition

2012   
Galerie du Château, Avenches – solo exhibition
Maison Visinand, Montreux – solo exhibition
Performance publique sur La nuit transfigurée d’Arnold Schönberg, Cie Philippe Saire
Drawing 2012, Place des arts suisses, Lausanne

PUBLICATIONS — dès 2015
Monographie Anne Pantillon -sortie 4 novembre 2022
Edition de tête : 80 aquarelles originales
Textes :
Nathalie Chaix, directrice du musée Jenisch, David Lemaire , directeur du musée de Beaux-arts de La Chaux-de-Fonds, Corinne Currat, conservatrice adjointe de la Fondation de l’Hermitage, et Pierre Fankhauser, écrivain et traducteur.
Avec le soutien de : Arts Visuels Vaud, Fondation philanthropique Famille Sandoz, Loterie Romande, Société Académique vaudoise, Ville de Lausanne.


En cours de réalisation
La visée, texte Pierre Fankhauser, 40 illustrations Anne Pantillon, graphisme Victor Bringolf, éditions BSN Press

2021
74e Biennale d'art contemporain de La Chaux-de-Fonds

2017
73e Biennale d'art contemporain de La Chaux-de-Fonds
Oscillography, Works 2014 – 16

2015
Bruit, Visarte Genève

PRIX & SOUTIEN
2021
Prix UBS pour la culture
Prix Huguenin-Dumittan, 74e Biennale d'art contemporain, La Chaux-de-Fonds
2020
Finaliste du prix FEMS 2020, Fondation Sandoz, Pully
Ville de Lausanne
2012 
Ville de Lausanne pour deux expositions personnelles
1989
Prix de photographie, École cantonale d’art de Lausanne
(ECAL)
Prix Visarte pour l’ensemble du travail, École cantonale
d’art de Lausanne (ECAL)

Les oeuvres d'Anne Pantillon se trouvent dans des collections privées et publiques.